mardi , 23 avril 2024

À la fac

Temps de lecture : 2 minutes

Mis à jour le 23 avril 2023 à 8h37

Le procès piétinait. Et cela mettait Charline hors d’elle. Parce qu’elle avait la loi de son côté mais Ricardo lançait motion sur motion et faisait trainer les choses. Elle savait que son but c’était de les amener, sa cliente et elle à négocier. Pour Charline, ce serait un coup dur de négocier. Seulement, l’avocate savait qu’ils en arriveraient parce que sa cliente commençait à perdre patience et même ses patrons lui montraient gentiment le chemin des négociations.

Mettant ses problèmes de côté, Charline franchit les portes de la salle des professeurs de la faculté où elle enseignait depuis trois ans. Son dernier procès l’ayant accaparé, elle n’avait pas eu le temps de participer à la réunion de professeurs. Elle arriva donc en avance afin de lier connaissance avec les éventuels nouveaux. Il était de coutume qu’ils soient tous là pour le premier jour. Elle ne s’attendait tout simplement pas à voir la tête de Ricardo Volcy en premier lieu.

-Définitivement, je vous vois partout où je vais, lança Charline avec animosité.
-C’est parce que je prends plaisir à vous admirer. C’est plus fort que moi, répliqua Ricardo.
-Vous vous croyez charmant?
-Je ne le crois pas seulement, j’en suis certain et je sais que même si vous refusez de l’admettre, vous êtes aussi de cet avis.
-Je vous connaissais avocat mais pas devin.
-J’ai beaucoup d’autres talents que je me ferais plaisir de vous laisser découvrir.
-Non. Sans façon. Merci. Qu’est-ce que vous faites là?
-Ah je suis le petit nouveau. J’enseigne le droit pénal cette session. Pour vous, ce sont les régimes matrimoniaux et le droit des personnes, c’est ça?
-Vous avez poursuivi vos recherches jusqu’à connaitre les matières que j’enseigne?
-Vous m’intriguez Charline. En savoir plus sur vous a été une vraie partie de plaisir. Mais j’avoue que cette information, je l’ai eue assez facilement. On en a parlé en réunion des profs. Je ne vous y ai pas vu d’ailleurs.
-J’étais assez occupée.
-A gagner votre dernier procès, je sais. Vos plaidoiries étaient sensationnelles et vous étiez tellement belle. Même sous la toge, on pouvait voir vos formes affriolantes.
-Il vous arrive de penser à autre chose qu’à mes formes ces temps-ci?
-Oui, je pense à vos beaux yeux et votre joli sourire quelques fois aussi.
-Ok, j’arrête de perdre mon temps. Je vous laisse.
-Ça vous dirait de m’accompagner, histoire de faire un tour et de trouver mes repères au sein de la faculté?
-J’en meurs d’envie, répondit Charline d’un ton ironique mais je crois que votre ego surdimensionné vous accompagne très bien déjà.
-Je vous accompagne volontiers moi, offrit une autre professeure en lançant une oeillade à Ricardo.
-C’est toujours un plaisir d’avoir une jolie femme à son bras, réagit Ricardo avec le sourire tout en emboitant le pas à la jeune femme qui lui avait fait la proposition.

Restée seule après leur départ, Charline s’en voulut de ressentir une pointe d’agacement ou de jalousie? Elle ne saurait le dire. En tout cas, le voir tendre le bras aussi facilement à une autre après qu’elle l’ait repoussé ne lui plaisait pas du tout.

À propos de Vanessa Dalzon

Je suis Vanessa Dalzon, journaliste ayant fait des études en Droit. Auteure.

Visitez aussi

Affrontements

Charline et Ricardo étaient furieux tous les deux. On aurait dit qu’ils allaient en venir …