mardi , 23 avril 2024

Embrouilles

Temps de lecture : 2 minutes

Mis à jour le 15 juin 2023 à 16h28

-Je n’aurais jamais cru que tu défendrais une ordure pareille, attaqua Charline aussitôt dans la voiture.
-Je croyais qu’on nous apprenait la fac que tout le monde avait droit à un avocat, répliqua Ricardo.
-Non mais ce n’est pas vrai, tu ne vas pas me sortir ça comme excuse.
-Ce n’est pas une excuse Charline. Ecoute, je sais que tu prends très à coeur les dossiers des personnes que tu défends et je ne t’en admire que beaucoup plus mais tu peux être aussi très naïve quelques fois.
-Moi naïve?
-Oui. Toutes les femmes qui prétendent être maltraitées par leur mari ne le sont pas toutes forcément.
-C’est ce que tu te dis pour mieux dormir la nuit en prenant des cas pareils?
-Line, ce n’est pas une excuse.
-C’est quoi alors?
-Chérie, tu es mon adversaire à ce procès et je ne peux pas partager certaines choses avec toi mais crois-moi, ta cliente n’est pas la petite sainte qu’elle prétend être.
-Parce que c’est ce que ton client t’a sorti pour te convaincre de le défendre?
-Line, fais-moi confiance. Je ne prendrais pas un dossier pareil si je n’étais pas sur que l’homme en question était innocent.
-Comment tu peux en être sur? On dirait que le naïf ici c’est toi.
-Je ne suis pas naïf et je suis assez objectif dans ce dossier.
-Ah bon? Tu savais que ce n’était pas la première fois qu’il la frappait? Qu’à cause des coups une fois, elle a perdu un enfant? Qu’elle avait peur de porter plainte parce que de toute façon, elle ne serait pas crue? Visiblement, elle savait de quoi elle parlait s’il a pu trouver Me Ricardo Volcy comme avocat.
-J’ai déjà entendu cette charmante histoire.
-Bien sûr, c’est celle de toutes les femmes maltraitées. Malheureusement, il y a toujours des gens pour défendre les bourreaux qui leur servent de maris. Seulement, je n’aurais pas cru que mon petit ami en ferait partie.
-Line, écoute-moi.
-Qu’est-ce que tu vas me dire encore pour te justifier?
-Line, Carl Lemaire est mon cousin.
-Quoi?
-Oui, quand je te dis que j’ai déjà entendu cette histoire, je sais de quoi je parle et je connais très bien Lorie. Malheureusement, je ne peux pas t’en dire plus parce que tout ce que je sais doit me servir au tribunal contre toi, mais je peux au moins te dire que tu fais fausse route cette fois.
-Ce n’est pas parce qu’il est ton cousin qui l’empêche d’être violent avec sa femme. Toi et moi on le sait. Je pensais juste que tes convictions étaient fermes même face à ta famille.
-Line…
-Rick, ce sont les avocats comme toi qui permettent à des hommes comme Carl de s’en sortir en toute impunité et moi je refuse de sortir avec un mec pareil.
-Est-ce que tu es en train de me dire que c’est fini?

À propos de Vanessa Dalzon

Je suis Vanessa Dalzon, journaliste ayant fait des études en Droit. Auteure.

Visitez aussi

Affrontements

Charline et Ricardo étaient furieux tous les deux. On aurait dit qu’ils allaient en venir …