lundi , 2 août 2021

Il est temps de rallumer les étoiles

Temps de lecture : 1 minute

Mis à jour le 1 avril 2021 à 12h09

L’heure est décisive. Les assassiné-es de la République crient vengeance. Dehors, des morts-vivants sont revenus chercher leurs assassins. Les assassins de la ville. Les assassins de la campagne.

Sur les trottoirs, le soleil fait évaporer les dernières gouttes de sang, de sueur, de larmes.
Je vous écris pour vous dire que votre heure a sonné. Qu’un nouveau chapitre est en train d’être ajouté au grand livre de l’histoire, cette fois-ci, sans vos noms. On préfère ne même pas garder vos souvenirs qui font encore saigner nos cœurs.
Je vous écris, depuis cette petite ville oubliée de vos grands carnets. Celle-là que vous avez ensanglanté de vos bottes aux semelles acérées.


Je vous écris les peines de ceux qui résistent encore, écorchés par le temps, vidés de leur force sous vos bombes lacrymogènes. Les larmes de ceux qui pleurent leurs ami-es et familles disparues sous vos flammes et rafales automatiques.


Aujourd’hui, un nouveau soleil se pointe. Les larmes d’hier serviront à arroser nos champs, assureront l’avenir de nos fils et filles. Nos sueurs et sang coulés sous vos matraques et armes automatiques serviront à faire pousser des fleurs d’espoir dans nos souvenirs. Á la place de vos rires sarcastiques et démoniaques.
Je vous écris, au nom de la Terre des dieux de l’Afrique , au nom des bébés que vous avez assassinés.


Je vous écris, vous, compatriotes verreux, des mots amers. Des mots que j’ai trouvés dans les égouts de Cité soleil. Dans les entrailles de la Saline. Dans la bouche d’un enfant de rue auquel vous avez volé l’avenir. Sous ce corps qui gît sur le trottoir depuis ce matin. Sur lequel vous avez craché depuis vos cortèges blindés.
Je vous écris, pour vous dire que vous n’étiez que cauchemar. Les pires de l’espèce.

Je vous écris, barrons bicentenaires. Vous, marionnettes de gauche ou de droite, pour vous dire que vous êtes notre misère matérielle et morale. Vous êtes nos rêves avortés, nos cauchemars répétés. Assassins de nos espoirs.

Je suis chargé de vous dire que votre heure a sonné. Que les revenants grondent d’impatience, ils vous attendent dehors.
Vous devez aller les trouver. Il est temps de rallumer les étoiles ici !

Wethzer PIERCIN

À propos de Contributeur

Compte dédié aux contributeurs occasionnels de Balistrad Blog. Seuls les textes originaux (exclusivement rédigés pour BBLOG) seront publiés. Si vous souhaitez partager votre expérience, vos opinions, vos revendications [...], contactez-nous sur les réseaux sociaux ou sur balistradblog@gmail.com | « Libre de penser ! »

Visitez aussi

Retour au bercail

Deux semaines après leur réconciliation, Harry apprit qu’il avait une chance de revenir chez lui. …